Un citoyen en robe noire

Je paye de ma vie une fiction écrite par un « avocat », véritable ennemi de MA République. Les tribunaux de France jugeront la fiction, ignorant la réalité terrestre… L’abus de confiance est évident, la justice est bafouée en son sein par «  un Homme de loi », un auxiliaire de « justice »…

La mise en scène de l’Avocat

marionnettes 01

– L’invention d’une odieuse pitié à la roumaine qui fonctionne à merveille auprès des juges : les voisins sont transformés en éducateurs thérapeutiques et des personnes physiquement normales sont travesties en handicapés physiques se déplaçant en fauteuil roulant !!!

– Pendant la procédure judiciaire la maison des voisins est découpée sur deux parcelles ( 3035 et 3036 ) : une maison de voisins de six pièces, achetée avec trois accès à la voie publique, logeant six adultes, devient un deux-pièces enclavé inaccessible !!!

– De même, le jardin est inaccessible depuis 2013 et principalement pour les fantômes en fauteuil roulant !!!

– Les voisins décrivent eux-mêmes des emplacements de lieux de passage imaginaires à leurs huissiers ( ils en ont utilisés QUATRE !!! ) ; les changent en cours de jugement ; l’Avocat les fait valider par les magistrats !!!

– Des huissiers décrivent ainsi les délires de leurs clients tout en ignorant le plan cadastral et la loi … !!! En particulier ils vont faire valider avec l’aide de l’Avocat une entrée de la cour des voisins en franchissant une clôture fixe et un lieu de passage dans un caniveau d’eaux pluviales de 50 centimètres de large !!!

– L’avocat de la partie adverse n’a pas de preuve écrite de l’accès au jardin. Il invente, revendique et obtient un premier délire* : le passage de ces voisins imaginaires dans mon logement pour accéder à leur jardin !!!

– L’avocat de la partie adverse revendique et obtient un second délire* : l’accès à la cour des voisins en franchissant une clôture fixe plutôt que de passer par la porte !!!

( * Ces deux gros délires seront repris par la Cour d’appel pour me condamner !!! )

– Etc.

* * *

L’abus de confiance ou l’escroquerie au jugement*

( * moyen utilisé pour tromper un magistrat )

La justice rendue  » Au nom du Peuple  » est discréditée à ses trois niveaux par un citoyen en robe noire !!!

– La justice ordonne en référé, en une seule audience et je n’ai pas d’avocat, une démolition de bâtiment sans qu’aucune preuve d’un droit de passage ou même un semblant de preuve en ce lieu ne soit fourni par la partie adverse. La Cour d’appel valide-cette démolition.

– La justice valide l’invention de stupides passages ainsi que le cadastre imaginaire d’huissier.

– Les jugements en Cour d’appel et le refus momentané de l’entrée à la Cour de cassation valident le stupide passage dans mon salon ( parcelle 1699 ) et ma chambre ( parcelle 423 ).

– La Cour d’appel valide une seconde condamnation* sans avoir reconnu de nouveau les lieux dont une simple photo prouvait la réalité terrestre ; elle valide de nouveau le passage par mon logement pour me condamner de nouveau. ( * Je demandais naïvement à la justice de pouvoir accéder à mon compteur d’eau situé dans la cour des voisins dont ils m’interdisaient l’accès depuis des mois !!! Cette naïveté me coûtera des milliers d’euros sans pouvoir accéder à mon compteur d’eau ni au robinet d’arrêt. )

piece 18 -03 2017

Ce stupide passage imaginaire par une clôture fixe est le seul motif retenue par six magistrats de la Cour d’appel pour me condamner deux fois !!!

– Dans son analyse, la justice à ses trois niveaux n’a pas reconnu les lieux en rapport avec les droits de passage réels ou revendiqués.

– Sur la demande de la partie adverse pour empêcher l’affaire d’être jugée, la Cour de Cassation valide le passage dans mon logement et un nouveau droit de passage dans l’emplacement exact d’un caniveau d’eaux pluviales ( de 50 cm de large ) sans avoir la moindre preuve d’un droit de passage dans les lieux.  Etc..

Les écrits sont des preuves irréfutables et en particulier les jugements qui reprennent les stupidités de la partie adverse.

Références du TGI des Sables d’Olonne, de la Cour d’appel de Poitiers et de la Cour de Cassation : 13/00162 – 13/00279 – 2014/00039 – 13/02798 – 14/01132 – Pourvoi n°U 14-25.281 – 240/15 – 90804 – 15/1114 – 15/04746 – …

 * * *

 pinnochio 03

Avertissement : L’existence de l’avocat-menteur est un réel tabou pour le Public. Or, au sein de la profession, une catégorie des avocats de France revendique le droit au mensonge. Pour éviter tout malentendu, l’avocat de la partie adverse sera donc nommé dans ce blog l’Avocat. Il est le scénariste d’une véritable fiction dont il jouera le rôle principal. Ce sont ses paroles, ses écrits, sa connaissance du dossier et de la loi qui vont caractériser son professionnalisme d’auxiliaire de justice, d’Homme de loi. Le nom des individus n’a aucun intérêt d’être présent dans ce blog qui n’est qu’un constat d’une justice d’un autre Monde, un Monde qui n’est pas celui de la République des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :