Les BUGS judiciaires vécus

Le BUG ou bogue judiciaire est un défaut de conception de notre Justice à l’origine d’un dysfonctionnement.

Ces quatre dernières années j’ai découvert et subi de nombreux dysfonctionnements dont certains sont mortels pour le Citoyen et ( ou ) Marianne. Ils seront relevés et développés sur ce site.

* * *

Quelques exemples

La protection du juge

Marianne est bafouée car la loi ne la protège pas contre les outrages d’Hommes de loi et les diverses escroqueries au jugement que sont les multiples tromperies fournies aux juges ; tromperies savamment orchestrées ou énoncées par incompétence professionnelle.

La base du fond de commerce de la profession d’avocat, reconnue comme « normale » dans les médias, est de complexifier une affaire ce qui la dévie du chemin de la vérité. Or la ligne de séparation entre ce chemin de la vérité et l’escroquerie au jugement n’existe pratiquement pas pour les auxiliaires de justice que sont les huissiers et avocats, reconnus cependant comme Homme de loi, contrairement à la justice anglo-saxonne… En France, reconnaître qu’un Homme de loi pourrait être un véritable fripon, n’est pas tolérable. Mais le laisser exercer en toute impunité est encore plus intolérable… Etc.

D’autres bugs :

– Le Citoyen subit des sentences sans jamais avoir été entendu ni même écouté ;

– le droit à se défendre soi même, le simple droit à s’exprimer en tant qu’accusé et témoin de l’affaire jugée n’existe pas en appel et encore moins en cassation mais cependant on vous condamne à payer ;

– « présumé innocent » n’existera JAMAIS dans mes affaires, les jugements en témoignent ;

– la simple lecture des dossiers n’est pas apparue pas dans les jugements écrits ;

– le copier-coller est une règle commune à tous les Hommes de loi, à tous les niveaux de la justice : TGI, appel et cassation… ;

– la simple politesse, les informations judiciaires de mes affaires devant les tribunaux telles que convocation et résultat de jugement, sont parfois absentes ;

– les réponses au courrier sont ignorées ;  lorsqu’une une méconnaissance de la loi ou du fonctionnement de l’institution apparaît dans le courrier d’un citoyen, une réponse devrait s’imposer ; les conseils les plus élémentaires ne sont pas divulgués, du procureur à l’auxiliaire de justice en passant par ses propres avocats…

– Etc.

Mon constat : la JUSTICE la plus élémentaire est  INEXISTANTE au Pays des DROITS de l’Homme et du Citoyen.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :