Avant-propos au constat du 30 juillet 2014

Rappel de ma première condamnation au référé de juillet 2013

Elle a été obtenue suite à une trop évidente assignation mensongère. Depuis l’avocat s’acharne à réaliser ses propres délires : je suis condamné  » à supprimer la clôture et l’édifice en dur situés sur la parcelle 432″   et   » à remettre les parcelles 432, 1699, 423 et 1696 dans leur état d’origine, libres de tout obstacle éventuel au passage des époux VOISINS jusqu’à leurs parcelles 3035 et 417« .

Les parcelles 423 et 1696 sont en totalité mon logement et la parcelle n’est pas incluse.

 

Les lieux en 2017 n’ont plus rien à voir avec ceux de 2012-2013

Voici en exemple la parcelle 1745 hors litige mais qui est responsable de mes deux condamnations en appel !!! :

Hewlett-Packard

Depuis 2013, l’Avocat exigeait que mes travaux de réhabilitation de ma propriété soient détruits. Je n’ai jamais pu le ramener à la raison, bien au contraire, il s’acharne à me détruire d’une façon démentielle.

J’ai fini par céder à ses folies, c’est-à-dire que les parcelles 432, 423, 1699 et 1696 soient remises dans leur état d’origine; état supposé être celui de l’achat des parcelles en 2012 dont voici une photo :

logement-en-2012

La réhabilitation des lieux s’imposait. Les voisins subissaient de nombreuses servitudes dans leur cour ; dès mon arrivée je supprime la porte d’entée du logement :

 servitudes-2012

Le retour à cette promiscuité de 2012 est exigé par  l’Avocat depuis 2013. Elle sera réalisé en septembre 2016 pour tenter de mettre fin à la démence des revendications :

1°) Sur la parcelle 432, une tranchée de 40 centimètres de profondeur a été creusée le long de la maison pour retrouver le niveau du caniveau de façon à avoir la preuve visuelle du stupide droit de passage de ce constat, revendiqué l’emplacement exact de ce caniveau ;

2°) Sur la parcelle 432, démolition de l’édifice au niveau de la parcelle 423 qui dépassait de 28 cm sur un passage libre de plus de quatre mètres et situé dans le caniveau. Aucun DROIT de passage n’a été justifié le long du logement ;

3°) D’après les constats, la largeur  imaginé et exigée du passage, est respectée ;

La remise à l’état des parcelles 423 et 1699  :

4°) Suppression de la porte de la parcelle 1699  donnant accès à la parcelle 432 ;

5°) Réouverture de la porte donnant dans la cour des VOISINS :

modifs-2016

Dorénavant, je passe par la cour des voisins pour accéder à mon logement. La cour est clôturée par les voisins, côté parcelle 432. 

6°) Le jardin, parcelle 1699,  n’est pas en litige mais l’Avocat en cassation imaginera des objets empêchant son accès en faisant un amalgame des parcelles. Oui, c’est écrit en cassation et ce sera rendu publique en 2017. comme preuve du sérieux de ce lieux sacré !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :