Le FAUX-CONSTAT d’huissier du 30 juillet 2014

Ces affaires ont prouvé qu’un constat d’huissier est une vraie bible pour les magistrats, un document incontestable ; ce fait n’est pas inconnu de l’Avocat. D’où la définition dans ce blog, du faux-constat qui est une arme potentiellement mortelle pour le citoyen : un faux-constat est un document écrit par un huissier, Homme de loi et auxiliaire de justice, qui dénature la réalité terrestre et permet de tromper la religion du juge. Lorsque ce constat est utilisé en justice, l’escroquerie au jugement est caractérisée.

Ce constat du 30 juillet 2014 a permis à l’Avocat d’empêcher l’affaire d’être jugée en cassation en 2015. Il l’a ensuite utilisé en y rajoutant ses propres tromperies afin d’obtenir des magistrats l’autorisation officielle de me prendre d’énormes sommes d’argent !!!

Le 10 janvier 2017, l’Avocat a prévu de le réutiliser pour la troisième fois lors d’un troisième passage en appel !!! L’Avocat fait un pari sur un montant de près de 40 000 € !!! Un au-delà de la folie pire qu’un vol évidemment !!! En dehors du fait que ce constat est un faux, l’Avocat veut prouver que rien n’aurait changé en trois ans !!! Une autre folie, voir l’article « Avant-propos au constat du 30 juillet 2014 ».

* * *

Hormis les noms des intervenants, le texte de l’huissier est retranscrit dans son intégralité, « entre guillemets » et écrit en italique. Le nom des personnages est sans importance, la fiction judiciaire jugée est le seul intérêt de ce blog. Les voisins seront nommés VOISINS.

Pratiquement et pour l’essentiel, chaque phrase est analysée en confrontant des preuves contradictoires issues des propres dossiers des huissiers ou de l’Avocat. De nombreuses photos issues du dossier de l’Avocat relatent de la réalité des faits et des lieux.

Je suis absent en juillet et août, on remarquera que l’entretien du prétendu passage n’est pas fait par les voisins, malgré les obligations de la loi que l’Avocat ignorent.

 image-pv-01

C’est le troisième constat de cette SCP ( un quatrième a été fait en décembre 2015 qui est un clone de celui-ci )

PAROLES & ECRITS d’huissier

« Les VOISINS préalablement aux constatations ci-après m’ont exposé ce qui suit : Qu’ils sont en litige avec leur voisin et qu’ils ont pour avocat Maître L’AVOCAT »

Pourquoi le nom de l’avocat dans ce constat ? Cela prouve au moins dans ces affaires, la forte collaboration entre ces auxiliaires de justice.

* * *

L’huissier recopie ensuite un extrait du premier jugement de ces affaires, sans en chercher la signification : « Qu’ils ont obtenu à leur profit une ordonnance de référé en date du 26 juillet 2013, condamnant leur voisin à supprimer la clôture et l’édifice en dur situés sur la parcelle 432 lui appartenant et à remettre les parcelles 432, 1699, 423 et 1696 dans leur état d’origine, libres de tout obstacle éventuel au passage des époux VOISINS jusqu’à leurs parcelles 3035 et 417, sous astreinte et a signification de la dite décision. »

Le passage par mon logement ( en totalité les parcelles 1699 et 423 ) est de nouveau revendiqué ici ; l’huissier ignorera la moitié des lieux de passage dont le juge du référé a ordonné qu’ils soient libres aux passages des voisins !!!

* * *

« Que ce jour, leur voisin n’a pas fait le nécessaire, qu’une clôture et diverses constructions empêchent un accès libre au passage existant au profit des époux VOISINS. »

L’huissier a obligatoirement vu que l’accès était libre et pourtant, il va écrire qu’il constate que son passage est obstrué en inventant de stupides lieux… Car l’huissier n’a aucune preuve juridique d’un droit de passage et encore moins de son emplacement. Le passage qu’il invente ne sera pas celui des constats précédents faits par ce même cabinet d’huissiers. Les tromperies seront évidentes en comparant les constats. Voici un exemple d’une tromperie qui est utilisée afin de me faire condamner ( si l’huissier ne le fait pas exprès, c’est encore pire car cela signifierait que n’importe quel citoyen peut s’improviser Homme de loi, auxiliaire de justice, huissier de justice !!! ) :

1°) Sur une photo de 2012 du premier constat des voisins, nous voyons les traces de passage des voisins pour accéder à leur jardin. Les ombres sont celles de l’huissier qui prend la photo et celles de deux voisins ; ils sont tous sur mon terrain et non sur le passage présumé !!!

passage-jardin-01

2°) Deux ans plus tard, en 2014, dans ce troisième FAUX-constat, l’huissier fait passer ses clients à un autre endroit : au ras du mur et dans le caniveau !!!

passage-jardin-02

Au plus haut niveau de la Justice, à la porte de la Cour de cassation, ce FAUX-constat sera présenté puis validé pour empêcher l’affaire d’y être jugée !!! Cette tromperie n’est malheureusement pas la seule !!!

* * *

« Qu’ils me requièrent de me rendre sur place et de procéder à toutes constatations utiles relatives à cet état de faits. Déférant à cette réquisition, Je, … Huissier de Justice associé, membre de la SCP , Huissiers de Justice associés près le Tribunal de Grande Instance … Me suis rendu ce jour, TRENTE JUILLET DEUX MILLE QUATORZE à SEIZE HEURES QUARANTE-CINQ, En la commune, au lieu de la maison appartenant à Monsieur et Madame VOISINS et en face du passage donnant Grande rue pour accéder à leur parcelle de jardin, où là étant j’ai procédé à mes opérations et j’ai constaté ce qui suit en présence des requérants : »

L’huissier écrit qu’il va « procéder à toutes constatations utiles relatives à cet état de faits » ; ce qui consiste, écrit-il, à décrire les empêchements à « un accès libre au passage existant au profit des époux VOISINS. »

Or, l’huissier définira pour la justice, l’endroit d’un droit de passage pour ses clients sans aucune preuve juridique du droit, et donc sans connaître l’endroit du passage qu’il situera dans un caniveau d’eaux pluviales !!!.

Par conséquent, un droit de passage sera inventé : c’est ainsi que ce constat devient un vrai FAUX-CONSTAT que l’Avocat utilise pour en faire une réelle escroquerie au jugement car les magistrats l’utilisent pour me condamner !!!

* * *

Comme dans les précédents constats mais plus encore, les écrits et les photos de ce constat dénaturent complètement les lieux : « De la Grande rue, pour accéder à la parcelle 3035 appartenant aux époux VOISINS, je constate que l’entrée sur rue comporte un grillage en fil de fer, mis en place sur deux poteaux en fer verts et obstruant le passage, empêchant les époux VOISINS d’accéder à leur propriété ( photos 1,2,3 ) »

photos-1-2-3-huissier-2014

Les tromperies commencent dès les premières photos :

1°) Un premier gros mensonge : comme si le passage chez moi était un accès à la propriété des voisins, unique et obligatoire !!! Nous retrouvons cette tromperie depuis le début de ces affaires dans TOUS les écrits de l’Avocat. Les voisins peuvent accéder à leur maison qui possède encore deux entrées depuis la voie publique ; d’ailleurs l’huissier passera par une des portes de leur maison !!!

2°) L’entrée de ma parcelle ( photos 1 et 3 ) est un grillage qui aurait pu être ouvert. Cette entrée est fermée aux badauds car à l’époque, des travaux sont en cours. De plus, je venais de porter plainte pour violation de domicile car les voisins passaient chez moi pour le simple plaisir de nuire et de provocation. En effet, ils ont deux entrées depuis la voie publique après en avoir supprimé une.

3°) La photo 2 montre la parcelle 1745 non concernée par les litiges. Ses gravas ont été des obstacles pour l’huissier et l’avocat, et par conséquent pour les magistrats de la Cour d’appel !!!

* * *

Historique

Les VOISINS ont acheté une maison avec TROIS accès à la voie publique :

entrees-voisin-1

Depuis l’acquisition de ma maison en 2012, les VOISINS ont décidé de passer sur ma parcelle 432 pour accéder à leur maison. Auparavant, ils avaient la mauvaise habitude de passer sur la parcelle voisine 1745 qui était accessibles aux badauds… Une plainte pour violation de domicile a été déposée puisqu’il n’existe aucun droit de passage, sauf à en inventer un comme l’a fait l’Avocat. Le chef de gendarmerie du canton est venu constaté sur place et m’a demandé de ne pas fermer définitivement ce passage au cas où les VOISINS persisteraient à vouloir passer ; d’où les deux poteaux côte à côte pour une possible ouverture des voisins sans cisailler le grillage, ce qui était leur habitude. Or, depuis cette plainte, les voisins, ne passaient plus chez moi. Mais depuis l’automne 2016, ils repassent à nouveau chez moi !!!

* * *

Suit une troisième tromperie

« En pied du passage, un parpaing a été mis en fondation, obstruant l’entrée et faisant partie d’un soubassement de clôture parallèle à la rue, de chaque côté ( photo 2 ). »

photos-2-huissier-2014

L’huissier présentera à maintes reprises la parcelle 1745 comme étant un lieu de passage de ses clients. C’est matériellement une énorme stupidité car ses clients ont mis une clôture en limite de propriété entre cette parcelle 1745 et la leur !!!

 *  *  *

Explication des travaux le long de la rue

Des travaux de voiries étant prévus, un soubassement tout le long de ma propriété a déjà été nécessaire. Ce soubassement a servi plus tard de base à un mur qui a été monté en 2016 :

Hewlett-Packard

L’huissier et l’Avocat présente ce soubassement comme un obstacle. En aucun cas il n’obstrue mon passage. L’entrée de la maison des voisins a le même « problème » qui ne les gêne pas pour rentrer chez eux et pourtant la dénivellation est plus importante !!!

escalier-du-voisin

L’huissier a obligatoirement fait ce constat en passant en ce lieu, mais l’Homme de loi écrit que mon entrée est obstruée par cette dénivellation !!!

* * *

« Je me rends dans le passage dont bénéficie Monsieur et Madame VOISINS, en passant par leur maison et en revenant de l’autre côté du grillage, dans le passage, obstruant l’entrée. »

L’huissier écrit : « le passage dont bénéficie » les voisins, ce qui laisse supposer que ce bénéfice est bien réel d’un point de vu juridique. Or, l’huissier n’en a aucune preuve !!! Il écrit ensuite « en passant par leur maison » alors qu’il venait d’écrire que ses clients étaient empêcher « d’accéder à leur propriété » !!! Voici l’entrée emprunté par l’huissier :

entree-1-maison-voisin

L’huissier dément ainsi l’Avocat qui répète inlassablement que ses clients sont obligés de passer chez moi pour accéder à leur maison !!!

* * *

Une tromperie de plus avec cette parcelle 1745 et il y en aura d’autres : « Je constate à l’angle Sud-ouest de la cour maison VOISINS et sur le passage, qu’il existe une fondation mise en place, d’un parpaing visible sur toute la longueur avec ferraille dépassant en plusieurs endroits, de trente centimètres par endroits. Cette fondation dépasse sur trente centimètres environ sur le passage, sens Est Ouest ( photos 4 et 5) »

 photos-4-et-5-huissier-2014

Un stupide mensonge : « Cette fondation dépasse … sur le passage, sens Est Ouest ». L’huissier écrit que le passage se situe sur la parcelle 1745, « sens Est Ouest » donc photo 4. Or, sur ces photos 4 et 5, on voit la clôture des voisins en PVC blanc juxtaposée à cette fondation qui rend un passage matériellement impossible !!!

Cette fondation sera la base d’un mur que l’huissier présentera dans le quatrième constat de décembre 2015. Voici cette parcelle en 2016, photographiée de la rue :

Hewlett-Packard

Cette parcelle 1745 n’a rien à voir avec le réel litige. Au départ de ces affaires, en référé, le juge dit ne pas tenir compte des passages mais indique des passages sur le lot de parcelles revendiqué par l’Avocat. La parcelle 1745 n’y est pas incluse mais l’Avocat l’utilisera dans sa fiction.

* * *

La suite concerne un passage au jardin non justifié juridiquement au référé.

L’Avocat ne parlera jamais de DROIT en ce lieu, puisque pour lui cet accès se fait par mon logement !!!

Les travaux de nivellement du terrain ont fait disparaître toute trace de l’état des lieux de 2012, si bien que l’huissier invente un lieu de passage pour ses clients dans l’emplacement exact du caniveau d’eaux pluviales.

La suite du constat  est consacrée au passage dans le caniveau !!! Les premiers constats des voisins prouvent la stupidité de l’invention de ce lieu de passage.

A quatre reprises l’huissier écrira qu’il y a une obstruction au passage alors que le passage est utilisé depuis des années. Le passage actuel est d’ailleurs nettement plus commode que l’ancien… certes, mais pas dans le caniveau !!!

* * *

L’huissier doit constater les interdictions de passer et montre une fondation parallèle au passage comme étant un obstacle : « Côté Ouest de la cour, en face la propriété 3035, sur le passage, mise en place d’une autre fondation, type un parpaing, avec ferraille dépassant en six montants de plus de trente centimètres. Cette fondation longe la cour sens Nord Sud et rejoint la maison de leur voisin, parcelle numéro 1699 ( photos 6 et 10 ) »

photos-6-et-10-huissier-2014

C’est une fondation d’un mur de limite de propriété qui n’est donc pas sur un passage. Je précise que je suis absent de mon domicile en juillet et août 2014. L’ancien sentier de la parcelle 432 est le passage qui semble être revendiqué ici. De par la loi, l’entretien d’un lieu de passage est à la charge de l’utilisateur donc ici à la charge des voisins ; ce qu’ignore l’Avocat, un autre Homme de loi !!!

* * *

L’huissier commence ici par inventer son droit de passage dans l’emplacement exact du caniveau d’eaux pluviales : « Côté cour, avant la maison de leur voisin, sur passage, présence d’une construction en rectangulaire, type regard, avec plaque trente-huit sur soixante-quatre centimètres. Ce regard est un regard d’eau pluviale qui est situé sur l’assiette du passage et coupe la ligne de l’angle Sud-ouest de la cour VOISINS vers rue ( photo 7 ) »

photos-7-et-a-huissier-2014

La photo 7 de ce constat est à comparer par exemple avec une ancienne photo du constat de février 2013. A cette époque, la parcelle 432 servait de parking à la salle des fêtes du village et le passage visible sur la photo servait de raccourci aux touristes du camping voisin pour accéder au centre ville. Le regard de 38 cm de large est sur l’emplacement du caniveau dont la largeur est de 50 cm. Ce n’est donc pas un lieu de passage des voisins mais c’est celui de l’huissier.

* * *

La tromperie ne laisse aucun doute. L’huissier revient en arrière et de nouveau, photographie la parcelle 1745 hors litige : « Il existe également à proximité du regard un empiètement de gravats sur un mètre de haut par endroits ( photos 8,9 ) »

photos-8-et-9-huissier-2014

Les photos précédentes 2, 4 et 5, puis 8 et 9 montrent cette parcelle 1745 comme étant un obstacle à un passage purement stupide. L’huissier écrit ici que les gravas de la parcelle 1745 créent « un empiètement de gravats sur un mètre de haut par endroits. ». Ces gravas vont servir à niveler cette parcelle pour y construire un garage. La parcelle est close par les voisins !!!

* * *

De nouveau cette tromperie : l’huissier répète que ses clients ont des droits de passage le long de mon logement sans en avoir la moindre preuve : « Je continue ma progression de la Grande rue vers le côté opposé en marchant sur le passage ouvert au profit des époux VOISINS et je longe la parcelle 432. »

Il faut se souvenir également que c’est un référé en une seule audience qui est à l’origine de cette affaire judiciaire. La suite est donc une pure imagination car rien de juridique n’a été prouvé.

* * *

L’INCROYABLE INVENTION DU PLAN CADASTRAL

Avec ses photos 11 et 12, l’huissier veut prouver l’existence d’un chemin communal entre mon logement et la parcelle 432 : « Je constate que le passage donnant sur cette parcelle est obstrué par un grillage en fil de fer tenant sur des poteaux et sur une longueur de onze mètres de long parallèle au passage et délimitant la parcelle 432 ( photo 11 ). Au-delà du grillage vers Ouest, vers le 28 de la Grande rue, muret rudimentaire en parpaings en place, de soixante-cinq centimètres de large sur six mètres de long ( photos 11 et 12 ) »

 photos-11-et-12-huissier-2014

L’huissier a un réel problème

Le grillage est implanté sur la parcelle 432, il n’est pas en limite de la parcelle 432 !!! Il suffit de voir le plan cadastral pour s’en convaincre.

cadastre1

Le grillage est à environ un mètre cinquante de la limite de la parcelle qui est ici la clôture de la cour des voisins. Il est parallèle à cette clôture et ne peut donc pas obstruer un passage le long de ma maison !!!

En vérité, l’huissier invente un plan cadastral pour ses clients :

1°) Il écrit que le passage donne sur la parcelle 432 !!! Il ne sait pas lire le plan cadastral qu’il joint à son constat : le passage qu’il décrit est sur la parcelle !!!

2°) Il écrit que le passage est obstrué par un grillage qui est parallèle à ce passage !!!

3°) Il insiste en écrivant que le grillage délimite la parcelle 432 !!! Le plan réel cadastral montre que la parcelle 432 est en limite du logement ( parcelles 423 et 1696 ), il n’y a jamais eu un quelconque passage communal ou pas.

* * *

INCROYABLE : « Dans le passage à suivre vers le jardin des VOISINS, je constate le long de la propriété de leur voisin la présence, de trois blocs de tuiles obstruant le passage et appuyés sur la maison de leur voisin ( photos 13 et 14 ) »

photos-13-et-14-huissier-2014

( Il n’est pas inutile de savoir que l’huissier prendre sa photo 14, et ce n’est la seule, en étant sur ma propriété. Que veut prouver l’huissier avec cette photo 14 qui fait croire à un passage plus étroit que la photo 13 précédente ??? )

D’une largeur de 40 cm, les tuiles sont sur l’emplacement de mon ex-caniveau ( 50 cm de large ) et ne sont donc pas sur l’ancien passage des voisins décrit dans les premiers constats et visible sur la photo de gauche ci-dessous. Elles ne peuvent en aucun cas obstruer le passage. Pourtant l’Homme de loi écrit le contraire. Les photos suivantes prouvent la stupidité de la prétendue obstruction du passage par une tuile :

passage-jardin-06

A gauche, une photo de mon constat de septembre 2013 ; à droite le passage des voisins en 2012 avant les travaux. On en profitera pour voir que l’accès à la rue est libre.

* * *

Une tromperie de plus : « Devant la maison, parcelle 423, présence d’une construction sur le passage d’un petit cabanon en avancée, avec décrochement du bâtiment central 423. Ce petit cabanon ne dépasse plus que de la moitié sur le passage puisque l’autre moitié a été enlevée, il est de vingt-neuf centimètres de large sur trois mètres quarante-trois de long pour une hauteur d’un mètre quatre-vingt onze. (Photo 15) ».

Le caniveau a une largeur de 50 cm, ici le cabanon dépasse de 29 cm donc, il n’est pas sur le passage !!! Mais l’huissier … Les photos suivantes démentent les tromperies :

 photos-15-et-b-huissier-2014

facade-mars-2015

Une photo montrant la réalité des lieux.

Le passage réel des voisins est nettement éloigné du mur et non dans un caniveau de 50 cm de large, au ras du mur ; ce que fait croire l’huissier !!! Ces photos prouvent également que l’emplacement de mon portail était correct.

Le passage de l’huissier dans le caniveau n’est pas celui des voisins :

 photos-16-huissier-2014

passage-jardin-03b

passage-jardin-05

Le lieu réel de passage des voisins n’est pas celui de la fiction des auxiliaires de justice. D’autres photos publiées dans ce blog prouvent que les voisins ont accès à la rue et au jardin contrairement aux écrits mensongers de l’Avocat sur la période jugée. Sans oublier que le Monde des Citoyens connaît la réalité terrestre :

passage-reel-des-voisins-2

Suivant les lubies au cours des années et des jugements, il y a obstacle ou pas :

photos-15-et-d-huissier-2014

* * *

Pourquoi bon nombre d’écrits et de photos ne sont pas en relation avec le but annoncé de ce constat ??? : « Il reste en place toutefois sur le centre du passage la fondation de la même avancée qui a été enlevée, visible au sol en L constituée ( Photo 15 ). En face sur le passage, présence de plaques, type dallage de terrasse, en soixante-douze éléments ( Photo 15 ) »

La grosse blague, l’huissier compte le nombre de dalles !!!

 photos-15-huissier-2014  dalles-40x40

* * *

« Au bout du passage vers jardin VOISINS, le passage est obstrué par la mise en place au droit de la maison de leur voisin ( parcelle 423 ), d’un muret en parpaings et grillage présent sur le dessus, avec poteaux fer. le passage est ainsi obstrué et à proximité vers l’Ouest, un portail a été mis en place par leur voisin, indique Monsieur et Madame VOISINS, l’entrée vers jardin arrière ayant été ainsi déplacée vers Ouest pour aller vers Nord, vers jardin des VOISINS ( Photos 16 et 18 ) »

photos-16-et-18-huissier-2014

Deux preuves de plus que le passage de l’huissier se fait exactement dans le caniveau et que ce constat est en totale contradiction avec les constats précédents comme nous l’avons vu sur les photos précédentes.

On voit nettement sur la photo 18, de gauche :

– que la bétonnière, la brouette et la poubelle ne gêne absolument pas le passage ;

–   qu’ils ne sont nullement sur l’ancien passage des voisins revendiqué en juillet 2013 et visible sur les constats précédents, mais l’huissier écrira le contraire !!!

poubelle-1

Je prends cette photo après deux mois d’absence, le 02 septembre 2014. Je remarque la présence de l’herbe sur le passage revendiqué dans les constats. Ce qui prouve qu’ils sont passés sur les dalles c’est à dire dans ma propriété comme ils le font couramment … tout en revendiquant d’autres passages !!!

* * *

Le caniveau reste la préoccupation de l’huissier : « Après l’avancée de la maison de leur voisin, sur le passage, se trouvent une bétonnière, une brouette, une poubelle garées le long de la propriété, numéro 423, présentes sur le passage ( Photos 16 et 17 ) »

photos-16-et-17-huissier-2014

La réalité est visible sur la photo 15 ci-dessous de ce même constat et sur une ancienne photo incluse dans le constat de février 2013.

photos-15-et-b-2-huissier-2014

Autre comparaison : 2000 et 2013

 photo-b-huissier-2014

« l’entrée vers jardin arrière ayant été ainsi déplacée vers Ouest pour aller vers Nord »

photos-16-huissier-2014

facade-2-mars-2015

L’huissier constate que le cabanon, la brouette, la poubelle et la bétonneuse obstruent le passage le long de mon logement : si ce n’est pas se moquer vraiment du monde judiciaire !!!

* * *

« Avant l’avancée dont la moitié a été supprimée, Il existe une porte donnant sur le passage accès maison de leur voisin ( Photo 15 ) »

* * *

Deux photos et un commentaire encore inutiles qui feront polémique, l’Avocat ignorant la loi : « En allant vers Nord, parcelle 417, jardin des VOISINS, je constate que le passage se fait par la parcelle 1696 de leur voisin. Monsieur VOISINS m’indique que cette parcelle est non entretenue, contient des herbes hautes d’environ un mètre par endroits, ce que je constate ( Photos 19 et 20 ) »

 photos-19-et-20-huissier-2014

Ce droit de passage sur la parcelle 1696 est le seul droit de passage juridiquement valable car il est transcrit sur un acte du dossier de cette affaire. Ces photos prouvent au moins que le passage est libre et démentent leur avocat en cassation qui affirme : « qu’ont été édifiés sur les parcelles … 1696, des murets en parpaing, des grillages, des blocs de tuiles et divers autres obstacles … empêchant les époux VOISINS d’accéder à leurs parcelles 3035 et 417. »

Ces photos prouvent également que l’entretien du passage n’est pas fait, les voisins ont la charge de par la loi.

* * *

« Un plan des lieux et des parcelles est annexé aux fins des présentes et un autre document également est annexé, ainsi que copie de la décision de l’ordonnance de référé du 26 juillet 2013.

N’ayant plus rien à constater je me suis retiré. De tout ce qui précède, j’ai dressé et rédigé te présent procès-verbal de constat pour servir et valoir ce que de droit. »

L’huissier donne un plan cadastral qu’il ne sait pas lire ou qu’il n’a pas su lire, et un autre document dont je n’ai pas eu connaissance.

* * *

Un tel document a été écrit par un Homme de loi, huissier de justice puis validé par l’Avocat pour monter ses paris à des dizaines de milliers !!!

pluie-deuros

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :